Mission

La mission du QB50

Un CubeSat simple est un picosatellite (10x10x10 cm, de masse 1,33kg) qui peut délivrer l’ensemble des caractéristiques attendues d’un satellite de taille normale (contrôle d’attitude, télécommunication, …). Le temps de développement d’un tel satellite est de deux ou trois ans à partir du moment où l’équipe a trouvé le financement nécessaire au lancement. A l’heure actuelle, 50 CubeSat ont été lancés avec succès et quelques 150 autres décolleront dans les prochaines années.

Photo by: Bjørn Pedersen

Le Projet QB 50 est un projet lancé par le Von Karman Institute (VKI, Belgique) qui vise à envoyer une constellation de 50 CubeSat dans la thermosphère. Ces satellites seront lancés en 2015 par un lanceur russe, le Shtil 2.1, à partir de Murmansk (Nord de la Russie), vers une orbite circulaire de 320 km avec une inclinaison de 79°. L’ensemble de ces CubeSat sera composé de deux types : les CubeSat dont l’expérience sera fourni par le Von Karman Institute, qui pourront être développés en double CubeSat (10x10x20 cm) ou en triple CubeSat (10x10x20cm), seront au nombre de 40 ; d’autres CubeSat, transportant une charge utile propre à leur Université de construction, seront au nombre de 10 et pourront être réalisés de la même manière soit en triple soit en double CubeSat.

L’expérience fournie par le VKI comprendra un ensemble de capteurs pour la mesure de paramètres importants de la basse thermosphère et de l’ionosphère, qui restent à l’heure actuelle largement inexplorées. Les forces de frottements dus à l’atmosphère rendront l’orbite des CubeSat adéquate pour ce genre d’observation en balayant des couches de moins en moins hautes d’atmosphère ; ainsi, les CubeSat ne nécessiteront pas de propulseurs. L’orbite, qui reste cependant relativement basse, confère au satellite une durée de vie courte (de l’ordre de quelques mois), ce qui permet de respecter le COPUOS (Committee on the Peaceful Uses of Outer Space) et de respecter la loi française concernant les débris en orbite.

La mission QB50 étudiera aussi la réentrée dans l’atmosphère des satellites, et l’ensemble des processus de désintégration qui y sont associés : mesure de la température à l’intérieur du satellite, mesure de la décélération due aux frottements avec l’atmosphère… Ce sera donc un bon moyen de confronter les trajectoires prévues théoriquement à la trajectoire suivie réellement par le CubeSat.

La mission QB50 lancera l’ensemble des CubeSat en un réseau de 50 satellites. L’intérêt d’un tel réseau de satellite a longuement été discuté dans la communauté scientifique, mais n’a pas encore été mis en œuvre. Le coût d’un tel réseau selon les standards industriels serait extrêmement élevé au vu de la courte durée de la mission (3 mois). C’est dans cette optique « low-cost » que le VKI a choisi de faire appel à des Universités pour réaliser les CubeSat nécessaires à sa mission.

L’équipe X-CubeSat se charge de réaliser un double CubeSat de type « expérience ».

Pour aller directement au site du projet QB50, cliquez ici